LE DREF

Émile, Léon, Jules

 

 

Né le 3 février 1900  à  Lorient (Morbihan) De Emile, Joseph Le Dref  et de  Jeanne, Léontine Trélis Épouse: Yvonne… Profession: employé de la S.N.C.F. Décédé le 15 mars 1945 à Oranienburg (Allemangne) 

Réseaux: S.S.M.F./T.R., S.R. Kléber (Poste P2), Hector, Résistance fer, D.G.E.R.Agent P2

 

Émile Le Dref, qui  était né dans une caserne (son père était gendarme maritime), entra à  la S.N.C.F. en 1924, après avoir fait la guerre 1914-1918 comme quartier maître armurier, et devint chef de section principale à la gare de Mantes (Seine et Oise).

En juillet 1941, il s’engage dans la Résistance, agent P1 d’abord, puis agent P2 en juillet 1942; il est alors agent de sabotage. C’est un camarade de Gaston Le Métayer*.

Après un an d’activité, le 9 juillet 1942, il est arrêté dans les bureaux de la S.N.C.F., au cours d’un coup de filet qui décime le réseau. D’abord interrogé sur place vers 8h30,  il est interné à Fresnes puis à Villeneuve-Saint-Georges.

Jugé par le tribunal militaire allemand de la rue Boissy d’Anglas à Paris, avec notamment Georges Agoutin*, André Gardes*, Louis Cavelier*, Jean-Marie Le Boterff*, Gaston Le Métayer* et Olivier Nicolas*,  il est condamné à mort le 20 janvier 1943.

Une intervention du directeur général de la S.N.C.F. dit: “Tous les chefs qui l’ont connu l’ont qualifié de très bon cheminot.(…) Il a reçu une lettre de félicitation de la Feldkommandantur de Versailles, accompagnée d’une gratification de 200 F, à la suite de la remise d’une caisse.” Celle-ci, recherchée à la fois par la Feldgendarmerie et la police française, était tombée d’un train et contenait des fusées éclairantes.

D’autres intervenants tentent de minimiser son action en disant, comme pour Le Boterff, qu’il ne s’est “jamais signalé pour une activité politique subversive” et qu’il a “vraisemblablement joué  dans cette affaire un rôle assez effacé et n’a pas saisi la gravité de l’action qu’il commettait”.

Sa peine étant commuée en déportation, il est envoyé successivement à Reinbach, Sonnenburg et Oranienburg. En février 1945, il part pour une destination inconnu et dès lors  disparaît. Son fils a treize ans.

Déclaré “Mort pour la France, Émile Le Dref recevra la Médaille de la Résistance

 

Références: Archives du Bureau “Résistance”; Archives Nationales (dossier F 60 – 1576);  Bulletin de l’A.A.S.S.D.N. n°13, p.4; mairie de Lorient

.
LEDUC

Jean-Marie

 

 

Né le 16 mars 1898  à  Taulé (Finistère) de Alain Leduc  et de  Euphrosine Jourden Épouse: Germaine Calvez Profession: expéditeur de légumes Décédé le 31 mars 1945  à Neuengamme (?)

 Réseau: Turquoise (Mission Blavet) – BuckAgent P2

 </spa...

image_pdfimage_print
Recevoir les actualités par email