Il est émouvant de rendre hommage à une personne que l’on respecte et dont la vie est arrivée à son terme. Cette émotion je l’éprouve toujours lorsqu’il m’est confié le soin d’honorer la mémoire de l’un de nos Anciens.

Aujourd’hui, à Sainte Mère Eglise, un des hauts lieux de l’opération Overlord, je mesure pleinement l’honneur qui m’échoit en ce jour anniversaire du « D.Day », du 6 juin 1944, jour tant espéré et à jamais ancré dans notre histoire, qui vit tomber du ciel dans ses premières heures, ici et dans les terres environnantes, ces valeureux parachutistes de la 82ème Airborne du Général Ridgway, dont je salue les glorieux vétérans ici présents, et ceux de la 101ème Airborne commandée par le Général Taylor, en prélude immédiat du débarquement allié, début de l’implacable bataille de Normandie, début de la bataille de France et de la libération de l’Europe.

Dans cette France occupée depuis 4 ans, des françaises et des français courageux s’étaient levés pour continuer le combat clandestin de la Résistance. Parmi eux, exemple de courage et de patriotisme, Lucien Leluan, né à Valognes, a 20 ans lorsqu’il s’engage en 1942 dans cette Résistance, au sein du réseau O.C.M.-Centurie.

Il recueille dès lors de précieux renseignements sur les chantiers de l‘organisation Todt et, jusqu’à la veille du « Jour J », sur les unités allemandes, sur leurs mouvements, leur armement, leurs réserves de munitions, leurs installations. Dans ces semaines cruciales, il participe aux diverses actions menées dans le Cotentin par son groupe, notamment au sabotage, le 5 juin à Lieu-Saint, de la voie ferrée Paris-Cherbourg et, entre Valognes et Montebourg, à celui des lignes téléphoniques souterraines Saint-Lô-Cherbourg et Paris-Cherbourg.

Le 12 juin il franchit les positions allemandes et rejoint les unités de la 4ème Division d’Infanterie américaine débarquée à Utah Beach afin de les renseigner et de les guider jusque dans leur combat pour la libération de Cherbourg.

Début juillet, le Cotentin libéré, il s’engage avec 3 camarades, dont Emile Chausse, dans une unité relevant du BCRA de Londres et de la Direction Générale des Services Spéciaux ; détaché à l’O.S.S. auprès du 6ème groupe d’armée U.S. avec le grade de sous-lieutenant et sous le nom de Delagarde, il participe ainsi aux autres combats de Normandie et à l’avance alliée.

Au cours de missions périlleuses, il réussit à s’infiltrer dans les lignes allemandes et rapporte des renseignements importants, en particulier le 3 septembre à Verdun. Il sera cité à 2 reprises. Affecté ensuite au commando du 80ème régiment d’infanterie de la 1ére armée française du Général de Lattre de Tassigny, il participe à la campagne des Vosges ainsi qu’au franchissement du Rhin où il est blessé et à l’attaque de Fribourg.

La guerre terminée il est démobilisé et revient en juillet 1945 dans sa Normandie natale.

Unanimement respecté, chef d’une importante entreprise à Valognes qu’il eut le courage de créer et de développer, Lucien Leluan était titulaire de la Médaille Militaire, de la Croix de Guerre 39-45 avec 3 citations dont 1 à l’ordre de l’armée, de la Croix du Combattant Volontaire de la Résistance, de la Croix du Combattant Volontaire, de la Médaille des Vétérans du front de Normandie, de l’Interallied Distinguished Service Cross américaine et de plusieurs autres décorations.

Chevalier de la Légion d’honneur, il a été promu Officier par décret du 31 décembre 2008. Décédé, hélas, le 9 janvier 2009, il ne put en recevoir solennellement les insignes que nous sommes fiers de remettre aujourd’hui amicalement à Madame Leluan.

No responses yet

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Les grandes affaires