Le 13 décembre 1987 les municipalités de CARGESE, MARIGNANA et PIANA ont commémoré le 45e anniversaire du premier débarquement clandestin en Corse d’une équipe des Services Spéciaux de la Défense Nationale. Une double cérémonie fut organisée à cette occasion – à la stèle de CHIUNI, érigée sur la route de CARGESE à PIANA où naguère l’A.A.S.S.D.N. en Congrès à Ajaccio avait déposé une gerbe; – à REVINDA où fut inaugurée une plaque commémorative portant les noms des héroïques camarades de la mission PEARL-HARBOUR.

L’A.A.S.S.D.N. était représentée par Toussaint GRIFFI, hélas seul représentant de la mission, et par Lucien LABADIE, secrétaire général de notre délégation de la Corse du Sud.

Les autorités civiles et militaires étaient notamment représentées par : M. Pierre MORIN, Préfet de Police, le Colonel RAILLON représentant le Général commandant la 55° Division Militaire, le Capitaine du Vaisseau HEMARD commandant la Base Aéronavale d’ASPRETO et la Marine de la Corse, M. NICOLI, Directeur interdépartemental des A.C. et V.G. et, bien sûr, les maires des communes intéressées. Après la messe célébrée à REVINDA des allocutions furent prononcées. Nous donnons ci-après de courts extraits de l’émouvante allocution prononcée par notre camarade Toussaint GRIFFI.

 

EXTRAITS DE L’ALLOCUTION PRONONCEE PAR TOUSSAINT GRIFFI A L’OCCASION DE L’INAUGURATION DE LA PLAQUE COMMÉMORATIVE A REVINDA, LE 13 DECEMBRE 1987.

par Toussaint GRIFFI

« …Ce fait d’armes concernant l’arrivée en Corse de la première mission française venue d’Alger à bord du sous-marin « CASABIANCA » et débarquée clandestinement dans la nuit du 15 décembre 1942 a été maintes fois revendiquée par les uns et les autres, à tel point que j’en viens parfois à me poser la question de savoir si Laurent Preziosi et moi-même y avons réellement participé. Voici comment les choses se passèrent :

Après le débarquement Allié en Afrique du Nord, en novembre 1942, le Général Rivet, chef des Services Spéciaux de la Défense Nationale, s’efforça de ressaisir tous les fils du renseignement pour en faire bénéficier le Commandement Allié.

C’est ainsi qu’il lui apparut indispensable de lancer une mission de renseignement et d’action sur la Corse. Le sous-marin « CASABIANCA » du Commandant L’Herminier venait de s’évader de Toulon et de rejoindre les Forces Françaises Libres en Afrique du Nord. L’audace de son équipage et sa compétence le désignaient pour effectuer la première opération de débarquement clandestin d’une mission en Corse, occupée par l’ennemi italien.

Mais le Commandant du « CASAB » n’admit de tenter une telle opération qu’avec l’assurance formelle qu’elle fût organisée dans le secret exclusif et absolu des Services Spéciaux Français, et notamment ignorée du Haut-commissaire, l’Amiral Darlan et de son entourage.

Une équipe fut constituée, composée de quatre hommes, tous volontaires, comprenant : – le Commandant Roger De Saule (chef de mission); – l’Officier Radio Pierre Griffi (qui fut plus tard arrêté et fusillé après avoir émis plus de 200 messages) – le Lieutenant Laurent Preziosi (aujourd’hui Administrateur Civil en retraite) – le Lieutenant Toussaint Griffi (Adjoint au chef de mission).

La France disposait ainsi des hommes et des moyens de transport. Mais le matériel radio faisait défaut ; celui-ci devait être fourni par les Services Spéciaux Américains. C’est ainsi que le Capitaine Frederic Brown dont les connaissances techniques, notamment en matière de radio étaient éprouvées, ainsi que sa solide réputation de nageur, fut mis à la disposition du Commandant De Saule.

Le groupe ainsi constitué fut d…

No responses yet

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Les grandes affaires