logofb

 

 
 
line decor
Anciens des Services Spéciaux de la Défense Nationale ( France ) - www.aassdn.org -  
line decor
 

 


 
 
 

 
 
ARCHIVES DU SITE -voirBERNARD BURTHEY LACHEROY MEYER MOLIN PICHOT-DUCLOS VABOIS VILLEMAREST(de) VOLKOFF
Info-Flash : Abbé P. MOLIN
 

 

L’abbé Pierre MOLIN, Aumonier de notre Amicale nous a quitté. Atteint d’un mal implacable, il a été rappelé à Dieu, le 2 décembre 2009, à l' Hôpital d’Instruction des Armées du Val de Grâce à Paris où il avait servi pendant des années.
Sa messe d’obsèques a été célébrée le lundi 7 décembre 2009 à 15 heures, en la Chapelle Royale du Val de Grâce rue St-Jacques à Paris.

 

Homélies de l'Abbé MOLIN

Pierre MOLIN 

 

 

" Je rappelle souvent que la grandeur d'un pays se mesure à ses saints et à ses héros.

A cette aune la France est grande. Trois saints qui sont liés au monde militaire : Saint Louis, patron du diocèse aux Armées Françaises, Sainte Jeanne d'Arc, patronne secondaire de la France (comme c'est encore inscrit sur les plaques de la rue Jeanne d'Arc, dans le 13éme arrondissement de Paris), Saint Vincent de Paul que l'on peut considérer comme le premier aumônier militaire...

Quand on parle de héros on imagine tout de suite des actions d'éclats. On peut surtout penser à ceux qui, au risque de leur vie, ont fait leur devoir, accomplit leur mission pour défendre notre pays afin qu'il conserve ou retrouve sa liberté.

Le colonel Paul Paillole était de ces hommes-là. Lorsque nous faisons mémoire de ceux qui ont fait ou défendu la France - ce qui est une mission de l'AASSDN - il s'agit de savoir pour admirer... de ne pas oublier pour imiter.

"Appartient à l'élite, a-t-on écrit, tout homme, de quelque milieu qu'il soit, qui est capable d'admirer ce qui est au-dessus de lui".

Reste que l'admiration peut revêtir bien des formes ! Admiration médusée devant un amoncellement de valises, neuves ou usagées, qualifié de sculpture... devant une porte vermoulue, ornementée d'un fer à repasser et de trois clous, parsemée de quelques traces de peinture, baptisée tableau... Admiration rêveuse face à certaines expressions, orales ou écrites, de la bêtise...

Un malade, lorsque j'étais aumônier de l'hôpital du Val de Grâce, me confiait un jour, que sa conception de l'Infini reposait sur trois choses : la théorie de l'expansion de l'univers, la bêtise humaine et la miséricorde divine !

Admiration contemplative devant "l'annonce de l'ange à Marie", "l'apparition du Christ à Marie-Madeleine", "le couronnement de la Vierge Marie au ciel", fresques peintes par le bienheureux Fra Angelico sur les murs des cellules du couvent Saint Marc, à Florence.

Admiration qui pousse à l'imitation. Ignace de Loyola (fondateur des Jésuites), né au Pays Basque en 1491, est blessé au siège de Pampelune en 1521. Durant sa convalescence il ne trouve à lire qu'une vie de Jésus et un livre sur la vie des saints. *

Au long de cette lecture "il s'arrête pour réflechir". De la réflexion naît l'admiration et surgit le désir d'agir : "Que se passerait-il si je faisais ce que fit saint François ou ce que fit saint Dominique?".

N'est-ce pas là le chemin que nous essayons de prendre lorsque nous pensons à l'oeuvre accomplit par le colonel Paul Paillole et tous nos autres camarades : réflexion, admiration, action ? "

( Archives - 2002 )

 

à g: Abbé Lapouge, à dr. Abbé Molin

Congrès de Lyon- 1998

Chapelle Sainte Anne

Congrès de Ramatuelle- 2009

“Il est une chose agréable à Dieu que d’honorer les morts et un enseignement utile aux hommes que de commémorer leurs sacrifices Ainsi s’exprimait l’Abbé Georges Lapouge - ancien des Services et membre d’honneur de î’AASSDN - lors de l’inauguration, le 3 mai 1959, du mémorial dédié aux membres des Services Spéciaux morts pour la France au cours de la Seconde Guerre Mondiale.

C’est bien l’une des missions de notre Amicale que de conserver et transmettre la mémoire de ceux qui n’ont pas hésité à donner leur vie pour que la France retrouve sa liberté et demeure une grande Nation.

La France que nous aimons, la France que nous essayons de servir avec le meilleur de nous-même est une grande nation non par l’étendue de son territoire, quoique son espace maritime reste l’un des plus importants du monde, ou par le nombre de ses habitants mais par son histoire.

Le premier texte où apparaît le nom “ France ” remonterait à l’an 1119. Il s’agit d’une lettre du roi Louis VI le Gros au pape Callixte Il. Depuis, soldats, poètes et saints ont donné à la France son visage humain, culturel et spirituel.

En ce mois de mai nous honorons un soldat que l’église a canonisé: Jeanne d’Arc. Si sa fête liturgique a été fixée au 30 mai, jour de sa mort sur le bûcher de Rouen en 1431, sa fête nationale est le 8 mai, jour de la délivrance dOrléans en 1429. Et c’est le 8 mai 1945 que les armes se sont tues sur le champ de bataille européen.

Le 8 mai était, au temps de Jeanne d’Arc, une fête de saint Michel, le premier qui lui était apparu: “ce fut saint Michel que je vis devant mes yeux et il n’était pas seul, mais etaît bien accompagné d’anges du ciel.

J’aime beaucoup le dialogue de Jeanne avec l’un de ses juges car il montre comment la simplicité d’un coeur pur peut déjouer la duplicité de savants docteurs. - Quel aspect avait saint Michel quand il vous apparut, demande le juge, était-il nu? - Pensez-vous, répond Jeanne, que Dieu n’eût pas de quoi le vêtir? Avait-il des cheveux? - Pourquoi les lui aurait-on coupés? - Avait-il une balance? - Je n’en sais rien.., j’ai grande joie quand je le vois. Depuis Jeanne d’Arc nous avons grande joie à considérer saint Michel comme l’ange gardien de la France.

Un ancien officier (colonel je crois) de la Légion étrangère me disait un jour: à la Légion quand il y a un office religieux, c’est la Messe. Cet officier était protestant! Pour que la Messe soit célébrée à la Légion comme partout ailleurs, il faut un prêtre. Le prêtre est fondamentalement celui qui offre le Saint Sacrifice de la Messe.

Nous nous unissons aujourd’hui dans la prière à ceux qui ont sacrifié leur vie pour la France. La messe actualise, à travers le temps et l’espace, l’unique Sacrifice du Christ sur la Croix. En ce dimanche où nous avons lu l’évangile du bon Pasteur, l'‘Eglise nous invite à prier pour les Vocations.., pour que de nombreux jeunes entendent et répondent à l’appel de Dieu. Que vous participiez à la Messe une fois par an... aux grandes fêtes carillonnées comme on disait jadis... chaque dimanche et parfois même en semaine.., votre prière sera agréable à Dieu si elle vient du plus profond de votre coeur. Nous allons rappeler, maintenant, ceux pour qui nous prions plus particulièrement aujourd’hui.

( Archives - 2009 )

 

 

 

 

 
Haut de page
 

 

Copyright

Toute exploitation, de toute nature, sans accords préalables, pourra faire l'objet de poursuites.

...